Julie Cocon Décoration & Vie Nomade

Julie notre nomade en or

#entrepreneuseennord5

Julie – Blog Cocon Décoration & Vie Nomade

www.cocondedecoration.com/blog/

Et Sur Facebook et Instagram @cocondedeco

Julie, parle-nous un peu de toi ?

Je suis Julie, j’ai 35 ans. Je suis originaire du Nord Pas-de-Calais et les 10 dernières années passées en France, je vivais sur le Dunkerquois. J’ai un parcours pro assez atypique. On va dire que maintenant je bosse exclusivement en ligne et essentiellement sur la production de contenus. (J’ai un “gros” blog déco depuis de nombreuses années, j’ai commencé un autre type de blog il y a quelques mois où je parle d’un sujet radicalement différent et là en ce moment Youtube me fait de l’oeil. J’écris aussi pour des enseignes professionnelles entre autres).

Quel est ton parcours avant la création de ton entreprise ?

Je disais donc que j’avais un parcours atypique… J’ai fait des études de Lettres et je me suis spécialisée en linguistique française. (En gros, je suis grammairienne! Ahah!) Et comme à la fin de mes études 1/ J’ai un peu péter les plombs personnellement parlant 2/ Je me suis rendue compte que je ne voulais pas être prof 3/ J’avais besoin de nouveauté… J’ai eu envie à cette époque de changer de domaine et partir sur ma passion qu’était la déco. J’avais un blog que j’ai fait évoluer plutôt pas mal. Je me suis formée seule pendant 3 ans. Et je me suis dit: “Tiens, si je créais ma boite”.

A quel moment as-tu voulu te lancer dans l’entrepreneuriat ?

Quelques mois après la fin de mes études. Je suis allée à un salon de l’emploi à Gravelines c’est comme ça que j’ai découvert BGE. Je me suis dit pourquoi pas… Je crois que j’ai commencé à y penser en 2009, j’ai créé en 2012.

Je suis donc passée chez BGE. Au départ, il me manquait pas mal de confiance en moi. J’ai laissé de côté l’idée. Et puis je suis tombée malade (un cancer de merde pour la petite histoire). Une fois que le gros du traitement avait été fait, avant d’être en rémission, j’ai créé mon entreprise. Je faisais du conseils en décoration d’intérieur. Je suis devenue aussi influenceuse. (Chose qui me fait mourir de rire, parce que je n’ai définitivement pas l’allure qui va avec!)  Avec le temps, je me suis lassée de la décoration et surtout du coaching. J’ai fait évoluer mon projet pour partir sur la création de contenus. (Ouais j’ai plein de choses à raconter mais je suis bavarde et puis tout ce parcours ne date pas d’hier en plus!)

Son blog si inspirant

Quel est ton secret pour concilier ta vie de famille et celle de cheffe d’entreprise ?

Vie de famille… Pour le bien de l’humanité, je n’ai pas d’enfants. J’ai un conjoint. Tout le temps que je vivais en France, je travaillais trop. Pas beaucoup – hein! – trop! Mon couple en a souffert, pas juste à cause de ça, mais avoir quelqu’un dans sa vie qui passe sa vie à bosser, ce n’est pas l’idéal dans un couple.

J’ai commencé à lever le pied en 2015, j’ai repris un travail salarié histoire de sortir de ma véranda. J’étais prof à l’Epid ^^ Et en 2016, on s’est fait la malle. On a tout quitté pour vivre sur les routes en Asie. Je bosse moins, je me mets moins la pression. Et j’ai plus de temps évidemment pour moi ou pour mon couple.

Pendant longtemps, mes proches (famille, amis, conjoint) n’ont pas vraiment compris ce que je faisais vraiment dans ma vie. Tout le côté administratif ultra relou quand tu es ton propre boss, ça laisse les gens pantois. Maintenant, mon conjoint a bien plus conscience des impératifs qui m’incombent. Il comprend pourquoi je me lance dans de nouveaux projets et quand j’ai besoin de temps pour bosser. Et dans un monde parfait (celuis avec des licornes et tout ça) j’aimerai qu’il me donne un coup de main vu qu’il a compris comment ça marche.

Quel message souhaites-tu laisser aux autres entrepreneuses et aux femmes qui souhaitent le devenir ?

Bienvenue dans un monde très différent mais terriblement instructif et plein de rencontres. Même si vous avez peur de vous casser la figure, que vous ne savez pas tout faire… C’est pas grave! Vous allez apprendre bien plus que vous ne pouvez l’imaginer. Même s’il y a des côtés difficiles, c’est une expérience à vivre! Ne vous posez pas trop de questions, c’est inutile. Ahah!

Merci à Julie d’avoir joué le jeu de cette interview, d’y avoir répondu avec sincérité.

Si toi aussi, tu es une entrepreneuse en Nord : donnes-nous tes conseils et astuces (mail : aurelie@lamouetteflamande.fr)

La bienveillance est le fin mot de cette jolie histoire.